RAISONS SOCIAUX

Pour des rai­sons de pra­ti­cité, de visi­bi­lité, de réac­ti­vité par rap­port à l’actualité, doré­na­vrant, retrou­vez mon blog sur ma page FaceBook.
Je sais, c’est moins joli, moins per­son­nel, mais je suis aussi une grosse fei­gnasse
Bisous jm

Page face­Book Jean-Michel Baron

Sans trace, un homme n’existe pas

Reconstitution d'un habitat migrant, France XXI siècle

Youssef Bouchia, Jean-Michel Baron, ins­tal­la­tion lors du fes­ti­val ” Les Aventuriers”, Pau octobre 2014

Archéologie contem­po­raine

En février 2011 lors d’une visite de l’usine désaf­fec­tée de chaus­sures BIDEGAIN à Pau nous avons décou­vert les traces d’occupation récente d’une popu­la­tion fami­liale nom­breuse.
Deux pièces, en par­ti­cu­lier, ont attiré notre atten­tion. Le mobi­lier en place, l’abandon de pho­tos, d’objets per­son­nels, de jouets, don­naient l’impression d’un départ pré­ci­pité : Fuite ? Expulsion bru­tale ?…
Nous avons fait un relevé pré­cis du site, pris de nom­breuses pho­tos, conservé un maxi­mum d’objets à l’exception du mobi­lier lourd (Lits, mate­las, tables, chaises) dont il nous serait facile de trou­ver l’équivalent.
Utilisant la démarche de l’archéologie de « sau­ve­tage », notre tra­vail per­met de sau­ve­gar­der et de pré­sen­ter un habi­tat éphé­mère de popu­la­tion migrante en France, au XXIème siècle, des­tiné nor­ma­le­ment, comme tous les habi­tats de pauvres, à une des­truc­tion rapide.

« Sans trace, un homme n’existe pas. » Bertrand Tavernier : La vie et rien d’autre

Lorsqu’ils ne sont pas rete­nus dans des espaces de confi­ne­ment : Camps de réfu­giés, de concen­tra­tion, d’extermination (Roms), centres de réten­tion, réserves, les popu­la­tions « errantes » sur­vivent, dans les inter­stices du ter­ri­toire urba­nisé: hôtels insa­lubres, décharges, squats, friches indus­trielles.
Pas de papiers, pas d’existence légale, pas de mai­son, pas de ville, pas de monu­ment, pas d’Histoire, réser­vée aux occu­pants pro­prié­taires donc légaux du Territoire. Les traces de leur pas­sage sont brû­lées, détruites au bull­do­zer. Sans trace, « ils » n’existent que comme phé­no­mène éco­no­mique, poli­tique, comme une inva­sion para­si­taire qui vient infec­ter notre société et dont il faut se débar­ras­ser au plus vite.
Notre tra­vail a pour ambi­tion de les faire exis­ter en tant qu’individus, en tant qu’humains.

Incendie camp Rom, Bobigny, 12 février 2014

Incendie camp Rom, Bobigny, 12 février 2014

Résister à la bêtise

La honte d’être un homme …l’art ça consiste à libé­rer la vie que l’homme a emprisonnée…Il n’y a pas d’art de la mort… Créer c’est résis­ter…” On a envie de retour­ner à l’école, ou mieux au coin d’une che­mi­née (faut pas exa­gé­rer !) et écou­ter comme des gamins, pour une fois atten­tifs, le grand Gilles Deleuze nous racon­ter tout ça avec son accent juras­sien. Malheureusement, il s’est sui­cidé en 1995. « Ce sont orga­nismes qui meurent, pas la vie. » On reprend avec plai­sir ton flam­beau.

LUMIERE !

La lumière, je la vois quand je ferme les yeux,
fati­gué par l’éclairage.
Alors je file vers les étoiles.
Je me réfu­gie dans la science fic­tion.
Flash Baron

Panneau LUMIERE !

Acrylique sur bois et cata­dioptres. 10mx3,50m. Du 14 mai au 15 nov 2013, rue du 14 juillet Pau

Drapeau commémoratif

Dos d’un tract réa­lisé pour les copains de la CNT à l’occasion de l’Université de la Défense. Mois de sep­tembre. J’aime bien expo­ser au dos des tracts !

A QUI PROFITENT LES CRIMES ?
« En 2012, l’Hexagone était le troi­sième expor­ta­teur d’armes au monde, avec un revenu estimé à 3,5 mil­liards d’euros. Par rap­port à 2008, la France a gagné une place et les expor­ta­tions françaises ont pro­gressé de 12,9%.
Les expor­ta­tions d’armements sont un vec­teur impor­tant pour l’industrie française. Le sec­teur de la Défense repré­sente 165.000 emplois dans l’hexagone et un chiffre d’affaires de 16 mil­liards d’euros. « Les expor­ta­tions d’armes contri­buent à main­te­nir en France une base indus­trielle et tech­no­lo­gique de défense dyna­mique » a déclré M. Le Drian qui a éga­le­ment rap­pelé qu’il tra­vaille à « l’élaboration d’un plan de sou­tien aux PME du sec­teur défense, avec un objec­tif de mise en oeuvre fin 2012 et une sim­pli­fi­ca­tion des auto­ri­sa­tions d’exportation d’armes pour les PME
Les ECHOS 2013

« Le rap­port de l’ADEA indique que l’achat d’armement est à l’origine de l’augmentation de la pau­vreté dans les pays les plus pauvres qui ont la par­ti­cu­la­rité com­mune de détour­ner leurs res­sources natio­nales pour des “dépenses mili­taires impro­duc­tives ». « Des pays comme le Tchad qui, bien qu’ayant les pires indi­ca­teurs de l’éducation dans le monde, débourse quatre fois plus en arme­ment que dans l’enseignement pri­maire“
Rapport de l’ADEA 2013

« Le rap­port du minis­tère français de la Défense sur les expor­ta­tions d’armement indique que les ventes d’armes de la France au Tchad ont pro­gressé de 50% l’année der­nière, pour atteindre près de 13 mil­lions d’euros. » Afrik.com 1/10/2013
« Les actions EADS (Premier ven­deur d’armes en France) ont engrangé près de +50% de hausse en l’espace de deux mois, enre­gis­trant ainsi un nou­veau record his­to­rique à 35,975€. »
Les Echos 2012

“La lec­ture du Livre Blanc de la Défense nous fait craindre des conséquences par­ti­cu­liè­re­ment impor­tantes sur l’industrie d’armement ter­restre », écrit la CGT dans un com­mu­niqué. Le syn­di­cat s’inquiète notam­ment des réduc­tions à venir concer­nant la fabri­ca­tion des engins blin­dés. »
L’Usine Nouvelle 6/05/13

Fuck it !

Mais oui, bien sûr ! Mêmes droits pour tous ! Même droit au kitsch de la céré­mo­nie, à la sou­mis­sion volon­taire à la famille, à la reli­gion, à l’état, à la souf­france, au parjure, à l’amnésie. Mêmes droits à l’obligation d’être défendu par un avo­cat, aux droits de visite et d’hébergement un week-end sur deux et la moi­tié des vacances sco­laire.

—”… et toi ça va ? — Ouais, ça va, p’a …  — … C’est sûr ?  — Ouais, ouais, ça va. ”

Mon faire-part dans ce débat hypo­crite qui pue.

Le clip définitif

Voici le clip défi­nif avec la bande son réa­li­sée par les musi­ciens de la per­for­mance: Stéphane Roulet et Nicolas Lannes.

Du noir au noir

Du noir au noir. Ce n’est pas le noir des extré­mi­tés qui nous fait peur mais celui du milieu. Alors on bar­bouille de la cou­leur on bar­bouille on bar­bouille on bar­bouille on bar­bouille et du pur noir aussi. Quoi qu’on fasse on n’est pas tranquille.

Clip de la per­for­mance du 20 octobre à l’ E X T E N S I ON 64110 Gélo

PLASTICIENS
Anita Campardon
Jean-Luc Moscardini
Jean-Michel Baron

MUSICIENS LIVE
Nicolas Lannes
Stéphane Roulet

MUSIQUE DU CLIP
Vénus (Manset/Bashung)

On peut pas coller son argent sur le mur. C'est du mauvais papier peint

Wim Delvoye qui parle de sa démarche dans le cadre de son expo au Louvre…enfin ce qu’on lui à per­mis d’y ins­tal­ler… Et il parle de la lutte des classes… Éton­nant pour quelqu’un qu’on pou­vait croire porté sur la gau­driole facile. Enfin, pas pour moi: ça toujours été mon pré­féré ! C’est lui qui m’a incité à aban­don­ner lache­ment la “pein­ture artis­tique” pour de l’art contem­po­rain popu­laire. Ya rien à ajouter…Des musées, les nou­velles cathé­drales dans lesquelles on rentre dans un silence reli­gieux pour admi­rer les saints des temps modernes ” Oh un Picasso ! Oh un Rothko ! Si…on peut rajou­ter que les “grand” artistes, tra­vaillent pour les grands bour­geois et que les “petits” pour les petits bour­geois. Mais la pro­blé­ma­tique reste la même.Retrouvez l’intégrale de l’interview sur le site de Médiapart. Ca vaut le coup !

Je compte sur vous !

Il ne manquait plus que l’affiche. Il est pas beau notre can­di­dat ? On n’y croit fort ! On ferme les yeux et on se tient tous par la main ! On va gagner ! On a rai­son ! On est les plus meilleurs ! Elle est pas belle la vie ?
Le candidat des promesses. je compte sur vous

Des promesses à gogos

“Je suis le can­di­dat de la cohé­rence, de la constance, de la confiance. Je suis devant les Français, capable de four­nir des réponses à toutes leurs ques­tions […]
Tout sera dit. Et ce qui sera dit sera fait ! Je ne ferai aucune pro­messe – et je n’en ai fait aucune – que je ne serai capable de tenir et de res­pec­ter.”
François Hollande le 14 mars 2012 à Marseille
Putain, un can­di­dat capable de four­nir des réponses à toutes nos ques­tions !
Nous aussi on a fait notre pro­fes­sion de foi. Juré, cra­ché et si on ment … et merde, il n’y a plus de place dans l’enfer des poli­ti­ciens men­teurs !

Le Carnaval Electoral

Organisé par la B.I.T. (bri­gade d’intervention théa­trale) de Pau dans le cadre des Journées Libertaires, le 25 février 2012.
Merci à Eric Roset de pas­sage parmi nous qui a pho­to­gra­phié l’évènement.
http://www.eric-roset.ch/

Bonne année du dragon

Un vrai Powerpoint d’entreprise pour vous sou­hai­ter une bonne année du dra­gon.… Ça va cra­cher du feu !!!
Le Baron Noir et tout l’équipage

La petite centrale au fond du jardin

La petite centrale au fond du jardin

La petite cen­trale au fond du jar­din. Festival MORTEL! Pau octobre 2011


« Les clients qui font le choix de la prise en charge glo­bale tirent plei­ne­ment avan­tage des atouts du nucléaire, une éner­gie recy­clable qui pro­tège l’environnement (réduc­tion de la consom­ma­tion de com­bus­tible et de la pro­duc­tion de déchets). Les tech­niques d’AREVA en matière de trai­te­ment et de recy­clage des déchets nucléaires sont une solu­tion à la fois éco­no­mique et éco­lo­gique pour l’industrie nucléaire, en France et dans le monde. AREVA pre­mier pro­duc­teur mon­dial d’uranium entre­tient depuis 40 ans avec le Niger (1) un par­te­na­riat soli­daire et le groupe place le déve­lop­pe­ment durable au cœur de sa stra­té­gie et de ses opé­ra­tions. L’offre com­prend éga­le­ment une gamme de faible puis­sance qui peut conve­nir en par­ti­cu­lier aux pays qui sou­haitent se pré­pa­rer à la mise en place d’un pro­gramme élec­tro­nu­cléaire. »

Tout a com­mencé comme une bonne blague. Ces quelques phrases gla­nées sur le site d’AREVA quelques semaines après l’explosion de la cen­trale de Fukushima étaient trop belles. Il y avait presque tout : recy­clable, éco­lo­gique, soli­daire, déve­lop­pe­ment durable. Il manquait juste du sen­sible pour rendre pré­sen­table cette si belle tech­no­lo­gie qui souffre néan­moins d’un défi­cit d’image auprès de l’opinion publique. Pas de pro­blème ! On allait rajou­ter de l’humanité à la louche ! Une toute petite cen­trale tapie au fond du jar­din, ver­na­cu­laire en diable, cha­leu­reuse, humaine, pati­née par les ans, rem­plie de nos­tal­gie : Papie qui rajoute du MOX (2) dans le foyer et Mamie qui met les déchets nucléaires en conserve. La cen­trale près de la fon­taine.

Et puis j’ai voulu en savoir plus. Tchernobyl. 25 000 à 125 000 morts et plus de 200 000 inva­lides pour les « liqui­da­teurs », 9 mil­lions d’adultes et 2 mil­lions d’enfants qui souffrent des conséquences de la catas­trophe, 400 000 per­sonnes dépla­cées.

Des habi­tants de Fukushima qui meurent de stress, qui péti­tionnent pour qu’on racle la cour de récréa­tion où vont jouer leurs gosses. Les riches qui filent, les pauvres et les vieux qui res­tent. Des mil­liers d’hectares ren­dus impropres à la vie humaine pour des dizaines d’années. Des pay­sans qui se sui­cident. Des mil­lions de mètres cubes d’eau empoi­son­née que l’on déver­sera dans l’océan pen­dant encore au moins deux ans. Un pays qui joue à la rou­lette russe avec une pis­cine rem­plie de plu­to­nium vendu par AREVA. Des pauvres et des S.D.F. recru­tés pour faire le ménage. Un gou­ver­ne­ment impuis­sant qui dis­si­mule, qui ment, qui démis­sionne.
Peu de temps après, Sarkozy du haut sa mâle suf­fi­sance, nous refai­sait le coup de la Ligne Maginot à la cen­trale de Gravelines —  Ils ne pas­se­ront pas ! « Nous devons avoir une confiance abso­lue dans l’industrie nucléaire française, la meilleure au Monde » —  devant une armée com­plai­sante d’agents E.D.F encasqués.

Ça pue la guerre tout ça. Les mêmes sol­dats plus ou moins volon­taires, envoyés se faire tuer au front, les mêmes popu­la­tions sacri­fiées, ter­ro­ri­sées, dépla­cées en trou­peaux. Les mêmes men­songes d’état.

La blague tour­nait au vinaigre. L’histoire avait com­mencé avec Nino Ferrer chez les Simpson et finis­sait sur la Route. Pas celle de Kerouac, celle de Mc Carthy.

(1) Le Niger c’est LE pays le plus pauvre de la pla­nète. 182 ème sur 182 (Indice de Développement Humain. ONU. 2011). La soli­da­rité entre la chèvre et le lion…
(2) Uranium usé dopé au plu­to­nium. Une espèce de spé­cia­lité française qui per­met à AREVA de pro­cla­mer que le nucléaire est recy­clable (à 5% par rap­port au volume de déchet) alors qu’il a été aban­donné par la plu­part des pays nucléa­ri­sés à cause de la dan­ge­ro­sité du pro­duit et de la filière.

Ça va se passer près de chez vous ...

osez l'energie pres de chez vous

La petite cen­trale au fond du jar­din


On va rien dire…Pour une fois on va gar­der sa langue. Mais ça va faire du bruit ! Allez, bien­tôt il y aura tout: Descriptif tech­nique, articles de presse, pho­tos sous toutes les cou­tures, le buzz… Mais en atten­dant, chut !!! Gardez le secret… Comme une tombe…

Encore un effort pour être révolutionnaire !

L’effet « pétard mouillé » bien connu des pyro­tech­ni­ciens paci­fistes ou non. Bon, ça n’a pas eu lieu : ni l’explosition, ni le chan­ge­ment tant attendu. De toute façon faut toujours prendre des risques et accep­ter de se ramas­ser. C’est salu­taire. La faute aux inflam­ma­teurs tché­co­slo­vaques carac­té­riels ou à la bat­te­rie chi­noise bon mar­ché …? On ne peut pas toujours repor­ter la faute sur les étran­gers. Ils auraient même ten­dance à nous indiquer la marche à suivre en ce moment. Consolons-nous : les Français étaient plus de sept mil­lions à regar­der à la télé : « l’arrivée fra­cas­sante de Strauss-Kahn qui a raflé la mise média­tique ». Ça c’est du lourd ! Ça c’est du sérieux ! Voilà du vrai spec­tacle qui nous tien­dra en haleine jusqu’à 2012 !

Badaboum !

Dernier apéro avant la fin du vieux Monde balayé par un vent frais venu du Sud, par­fumé au jas­min
Soyez à l’heure !

La Machine Infernale Démocratique

Marchands de sable

Un phi­lo­sophe aujourd’hui oublié, Herbert Marcuse, nous met­tait en garde : nous ne pour­rions bien­tôt plus cri­tiquer effi­ca­ce­ment le capi­ta­lisme, parce que nous n’aurions bien­tôt plus de mots pour le dési­gner néga­ti­ve­ment. 30 ans plus tard, le capi­ta­lisme s’appelle déve­lop­pe­ment, la domi­na­tion s’appelle par­te­na­riat, l’exploitation s’appelle ges­tion des res­sources humaines et l’aliénation s’appelle projet. Des mots qui ne per­mettent plus de pen­ser la réa­lité mais sim­ple­ment de nous y adap­ter en l’approuvant à l’infini. Des « concepts opé­ra­tion­nels » qui nous font dési­rer le nou­vel esprit du capi­ta­lisme même quand nous pen­sons naï­ve­ment le com­battre… Georges Orwell ne s’était pas trompé de date ; nous avons failli avoir en 1984 un « minis­tère de l’’intelligence ». Assignés à la posi­ti­vité, désor­mais, comme le pré­voyait Guy Debord : « Tout ce qui est bon appa­raît, tout ce qui appa­raît est bon. “
Pour le coup c’est vrai­ment bon et là c’est drôle, lorsque les clowns se mettent à jouer avec les cartes Novlangue (Les nou­velles cartes Magic ?) des illu­sion­nistes qui nous gou­vernent: baratineurs-politiques de toutes les foires élec­to­rales, déci­deurs, pro­fi­teurs, admi­nis­tra­teurs de l’écran de fumée, char­gés de la mis­sion de main­te­nir coûte que coûte et moyen­nant hon­neurs et finance, l’illusion de la paix sociale : Un extrait de l’excellent spec­tacle de Franck Lepage.

FRANCK LEPAGE — LANGUE DE BOIS

Vous pou­vez en voir l’intégralité en allant sur le site de tvbruits.org

Elvira


Elvira. Le nom de l’antique Granada. En bas de l’Albayzín: Les misé­rables, la rue prin­ci­pale du bar­rio árabe, tatouée comme le bras d’un marin anglais. Un rade à la fin du monde accep­table. vert et néon mais cha­leu­reux. Ça sent la fri­ture et le par­fum des filles accro­chées à leur por­table. C’est samedi soir. Les Noirs vendent des montres et du shit. Manu Chao passe en boucle dans le vacarme et apporte de façon inat­ten­due un brin de sau­dade sud-américaine: “…mañana…mañana…mañana…”. Demain on verra.

Un monstre froid dans la loi de la jungle

Le texte qui suit a été écrit par Raoul Marc Jennar (1) en pré­face du livre d’Isabelle Delforge:  “Nourrir le monde ou l’agrobusiness. Enquête sur Monsanto” (2). Il montre que Monsanto ce n’est pas seule­ment les OGM (3) et que le débat: OGM ou non, ne se limite pas à des ques­tions  de sécu­rité sani­taire…
Ce texte a déjà été publié sur le site stop-monsanto

(1) Raoul Marc Jennar, cher­cheur auprès du mou­ve­ment social, URFIG/Fondation Copernic, email : urfig@wanadoo.fr, blog:http://www.jennar.fr/
(2) Nourrir le monde ou l’agrobusiness. Enquête sur Monsanto, par Isabelle Delforge. Publié à Bruxelles par Les Magasins du Monde Oxfam et Oxfam-Solidarité, à Poitiers par Orcades et à Lausanne par la Déclaration de Berne, mai 2000, 110 pages.
(3) Par contre, les OGM c’est Monsanto:  Selon le rap­port 2006 des Amis de la Terre, « près de 90% de toutes les varié­tés OGM com­mer­cia­li­sées au monde contiennent des traits géné­tiques Monsanto »

Monsanto créé un état totalitaire
Pour les géné­ra­tions de la pre­mière moi­tié du XXe siècle, l’Allemand Krupp, le Britannique Vickers et le Français Schneider-Creusot étaient deve­nus syno­nymes de mar­chands de mort. Pour ceux qui sont nés après 1945, c’est l’Américain Monsanto qui a pris cette sinistre suc­ces­sion. Car, aujourd’hui, s’il est une entre­prise dont les acti­vi­tés en ont fait le sym­bole mon­dial de la nécro-entreprise, c’est incon­tes­ta­ble­ment cette société trans­na­tio­nale qui, de l’agent orange à la semence « Terminator» en pas­sant par la pro­duc­tion de PCB, de pes­ti­cides et her­bi­cides hau­te­ment toxiques, d’hormones de crois­sance can­cé­ri­gènes et d’organismes géné­tique­ment modi­fiés (OGM), a recher­ché les pro­fits les plus grands en fabriquant les pro­duits les plus nocifs. Tout en affir­mant le contraire et en pré­ten­dant pro­mou­voir les sciences de la vie et nour­rir l’humanité… !

Cette iden­ti­fi­ca­tion de Monsanto avec la pro­duc­tion pour la mort peut même être pous­sée plus loin encore puisque des liens par­fois étroits l’associent au nazisme. Parmi ceux-ci, on notera que Monsanto est devenu, après la deuxième guerre mon­diale, un par­te­naire de l’IG Farbenfabriken au sein de Chemagrow Corporation. L’IG Farbenfabriken avait apporté un sou­tien finan­cier déci­sif au parti nazi dans les années trente et elle avait fabriqué le gaz des­tiné à Auschwitz au début de la décen­nie sui­vante. A Chemagrow Corporation, des chi­mistes nazis et amé­ri­cains ont tra­vaillé ensemble à la mise au point d’armes chi­miques, les pre­miers par­ta­geant avec les seconds le fruit de leurs expé­riences dans les camps d’extermination de l’Allemagne hit­lé­rienne.

Personne ne sera plus sur­pris, dès lors, de lire de la plume même d’Edgar Monsanto Queeny, pré­sident de cette entre­prise à par­tir de 1943, qu’il se recon­nais­sait comme ” a cold, gra­ni­tic belie­ver in the law of the jungle “(1). Ce qui est à l’oeuvre avec Monsanto, c’est l’idéologie du plus fort, nour­rie des théo­ries éco­no­miques des libé­raux man­ches­té­riens et de leurs dis­ciples de l’Ecole de Chicago. …Lire la suite

La 64ème du Nom

la 64ème du Nom Une anti-caravane du Tour de France, bien déjan­tée, bien polé­mique, mise en scène par Générik Vapeur et réa­li­sée par les habi­tants de Pau autour de la MJC Berlioz.

Plusieurs mois de tra­vail pour ce projet d’art réel­le­ment popu­laire, aux pro­por­tions pha­rao­niques (280 figu­rants, 600m de défilé) qui détourne le grand évè­ne­ment sportivo-commercial du mois de juillet (qui a parlé du Mondial… ?  C’est quoi le Mondial …?)

Nous, on s’occupe de la par­tie Monsantox du défilé (d’où le long article qui suit) , avec de l’agitprop à la clé: Je vous l’avoue: J’aime bien expo­ser sur des tracts !

On défile mer­credi 21 juillet à par­tir de 20h30 et on va faire du bruit !

Explication de texte

Avec Orange restez pendus au bout du fil

Orange (France Télécom)(1):  Une société qui presse ses employés jusqu’au sui­cide (2) et pra­tique les tarifs télé­pho­niques les plus éle­vés d’Europe (3) grâce à des ententes illi­cites avec les autres opé­ra­teurs français (condam­na­tion en 2005) (4) pour offrir à ses action­naires des divi­dendes records. (5). Orange c’est tout ce qu’on déteste.


(1) En 2012 France Telecom devien­dra Orange (Lire) Une double appel­la­tion bien pra­tique en temps de crise : La souf­france au tra­vail et les sui­cides c’est France Telecom. La société à la pointe de la moder­nité, “fleu­ron de l’industrie française dans le domaine des com­mu­ni­ca­tions” c’est Orange.

(2) Lire le rap­port acca­blant de l’Inspection du Travail déposé au parquet de Paris en février 2010 et le texte de SUD rap­por­tant la démis­sion du troi­sième méde­cin du tra­vail à France Telecom en mai 2010.

(3) Lire le rap­port de la com­mis­sion euro­péenne à ce pro­pos.

(4) Lire la condam­na­tion de 2005, confir­mée en appel en 2007 et 2009.

(5) France Telecom à réussi ce tour de force de dis­tri­buer à ses action­naires, pour 2009, des divi­dendes d’un mon­tant supé­rieur aux béné­fices de la société ! Au détri­ment, bien attendu, de l’emploi, des salaires et des inves­tis­se­ments. Ce qui per­met à l’état action­naire à 27%, qui ne répugne pas à jouer  le rôle de mère maque­relle au sein des entre­prises dont il est action­naire, d’empocher une somme proche du mil­liard d’euros.

Bazar d'art

… et par ici les gros sous !
suite de la visite